Revue de la presse kinoise de ce jeudi 08 avril 2021

IMG
Décryptant l’actualité politique de la République démocratique du Congo, la presse qui cite le Directeur de Cabinet du défunt Étienne Tshisekedi, Emmanuel Albert Moleka Nzoko, jette un regard désintéressé sur la manière dont est dirigé le pays et sur de convulsives difficultés dans lesquelles est englué Sama Lukonde, qui peine à publier son équipe post-coalition.

AFRICA 24 SUR 24 NET signe sur la sortie imminente du gouvernement qu’une réunion est annoncée ce jeudi entre Kabund et les députés de l’Union sacrée. A en croire le média numérique, les députés nationaux issus de la nouvelle coalition parlementaire « Union sacrée » sont attendus ce jeudi 8 avril 2021 à Kinshasa pour une réunion dite “d’urgence” avec Jean-Marc Kabund.


AFRICA 24 SUR 24 qui cite une source proche du président ai de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), fait savoir que cette rencontre des élus va précéder la sortie du gouvernement Sama Lukonde tant attendu depuis près de deux mois par la population après la fin de la coalition gouvernementale FCC-CACH.


DIASPORDC.COM qui se penche sur l’Union Sacrée, souligne que le régime est beaucoup plus dans une période d’apprentissage. Citant le Chef de cabinet du défunt Étienne Tshisekedi, le même média note que l’UDPS d’aujourd’hui n’a quasiment rien à avoir avec l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social ( UDPS) Tshisekedi pour laquelle il a fonctionné depuis 1985.


Et DIASPORARDC.COM d’enchaîner que l’homme a l’impression que les valeurs et principes ne sont plus les mêmes. Il trouve normal d’un côté parce qu’ayant vu très souvent qu’il est difficile aux grands groupes et entités de trouver une succession qui soit directement prête à prendre le relais ou qui soit à la hauteur après la disparition de leurs mentor, créateur ou fondateur, a-t-il relativisé avec une dose de pragmatisme doublée de rationalité.


Le journal en ligne ajoute que Félix Tshisekedi, à la tête de la RD Congo, l’un des pays les plus difficiles à diriger du continent, depuis le 24 janvier 2019. Un territoire à nul autre pareil, immense, béni par dame Nature, qui abrite une population particulièrement jeune, dynamique, créative et résiliente.


Mais aussi une nation fragile, où tout est compliqué, où tout prend du temps, rongée par la corruption et le culte de l’argent facile, attaquée de toutes parts, par les grandes puissances, qui y ont des intérêts économiques stratégiques, et par ses voisins, qui y exportent parfois leurs propres problèmes ou entendent se servir à moindres frais, commente DIASPORARDC.COM.


Et, AFRIKARABIA.COM de s’interroger : formation du Gouvernement, pourquoi ça bloque ? Les difficultés s’expliquent par des intérêts divergents des acteurs qui composent la pléthorique Union sacrée, écrit le quotidien en ligne.


Cela fait maintenant quatre mois que le Conseil des ministres ne s’est pas tenu en République démocratique du Congo (RDC). Mais si l’on compte les deux années de crise politique au sein de la coalition CACH-FCC, on peut se demander s’il y a réellement eu quelqu’un à la barre de l’exécutif congolais depuis l’arrivée à la présidence de Félix Tshisekedi, peut-on lire sur AFRICARABIA.COM.


Le nouveau Premier ministre, Sama Lukonde, est pressé de toutes parts pour former au plus vite son gouvernement. Le nouveau président du Sénat, Modeste Bahati, un temps pressenti pour occuper la Primature, a rappelé « l’urgence de la constitution de la nouvelle équipe gouvernementale, afin de se mettre rapidement au travail ». Même son de cloche pour le fraîchement élu président de l’Assemblée nationale, Christophe Mboso, qui s’est inquiété de « l’impatience » de la classe politique et des Congolais.


Raymond Okeselekee


(ROL/Yes)


08-Avril-2021

COMMENTAIRE(S)

Laisser un commentaire